image

Formation continue 2019

Professionnels de l’accompagnement humain, vous savez comme nous l’importance de nous former tout au long de notre vie.
Vous désirez effectuer des démarches de formation focalisées sur des thématiques liées à l’usage de la création dans l’accompagnement humain.

Chaque année nous proposons des ateliers, des séminaires ou des cycles de formation continue brefs ou longs aux professionnels de la santé, de l’art, du champ social ou éducatif ou, bien entendu, de l’art-thérapie.
Vous trouverez dans la démarche de L’ATELIER  le souci d’un cheminement créatif et rigoureux, adapté à différents champs d'intervention: thérapie, santé, lien social, pédagogie, entreprise.

Notre pédagogie est engagée, participante et créative, en cohérence avec le contenu de nos propositions et notre vision de l’art-thérapie.
Comme le thérapeute, le formateur est un passeur, il se garde d’un activisme personnel, de toute intervention interprétative intrusive, des étiquetages ou encore d’une position extérieure voyeuse et distante. Préférablement, il accompagne et soutient les émergences créatrices des étudiants tout en respectant les mystères nécessaires à l'imagination, au désir et à l'unicité de chaque personne ainsi que de chaque transformation existentielle.

Source et fruit de l’expression créatrice il y a un être humain que nous nommons le créant, lancé dans une vie créatrice au-delà des souffrances ou des événements de sa vie.


Programme de l’année


Thématique de l’année 2019 : L'art pionnier

image

Selon la métaphore du pionnier qui découvre de nouveaux territoires, les défriche et les rend productifs et propices à la vie, l’art pionnier est un art où le créateur se découvre au travers d’une œuvre qu’il crée et des processus aventureux de sa mise en œuvre. Donnant naissance à une œuvre, le créateur redécouvre des aspects de lui réprimés dans ses lointains intérieurs, il sent advenir des aspects inconnus de sa personne, il mobilise des ressources insoupçonnées qui lui permettent de déplier son existence, de la déployer au-delà des limites qu’il croyait sentir.

Lorsque cette création est pratiquée avec un accompagnement réflexif, cela permet même de soigner les blessures psychiques et les souffrances existentielles qui entravaient son sentiment d’exister.

Dans l’art pionnier, le créateur ne vise pas tant une œuvre destinée à enrichir la culture et l’histoire de l’art, il sait que l’impact de sa création se situe plus en lui-même et dans ses rapports à ses proches. Il se livre pourtant au processus poïétique de l’œuvre en train de se faire en s’oubliant, en offrant généreusement ses potentialités à cet advenir sensible de l’œuvre. Et c’est justement enraciné dans cet oubli de soi que se mobilisent les forces de vie, la croissance des potentiels et que s’enclenche la guérison. Dans un second temps, le créateur se met à l’écoute de l’œuvre, la reçoit dans son unicité et sa singularité et revient à lui en tissant, élaborant et dépassant ses grands questionnements existentiels.

L’art pionnier est un art d’existence qui part loin devant soi. Lorsqu’il revient à soi, il indique un chemin : celui que pourrait emprunter le créateur pour réaliser son imprévisible destinée.

L’art pionnier en appelle d’une attitude d’ouverture sensible et esthétique, au sens de sentir son rapport au monde et de s’appuyer sur ce jugement du sensible pour réaliser une création. Ce n’est pas un art de savoir ou de concept intellectuel, c’est un art de découverte, d’aventure et d’ouverture.

L’art pionnier est le type d’art pratiqué en art-thérapie, c’est l’art de la poïétique, où le faire œuvre est aussi important que la forme finale ou le destin de l’œuvre. Ce faire œuvre y est la création de sa propre vie : dévelop-pement, déploiement, maturation, soin, guérison.

L’art pionnier possède des liens avec « l’art brut », dans le sens que les créateurs ne sont en général pas formés comme artistes et créent en inventant les techniques qui leurs sont utiles. En outre, leur œuvre nait à distance des canons des systèmes commerciaux de l’art et n’est en principe pas destinée à y trouver place.

L’art pionnier possède des liens avec « l’art cru », ou « raw art » dans le sens d’une certaine crudité du contenu et de la forme de l’expression où le créateur apparait souvent à vif. C’est un art novice où sont mobilisés des processus situés hors des techniques reconnues et des normes culturelles, non cuite par elles, en mobilisant des matières premières non encore exploitées de la personne.

L’art pionnier possède des liens avec « l’art singulier », dans le sens où la singularité du processus d’invention est au centre de l’exercice créateur et donne un effet de bizarrerie et de surprise. C’est par là un art qui s’appuie sur l’unicité du créateur et qui chérit cette unicité de tout cheminement existentiel.

Jacques Stitelmann

"Quoi que je dise, 
cela ne veut rien dire 
si ça ne vous incite pas 
à compléter mes idées par les vôtres". 
Robert Filliou