image

Formation continue 2021

Professionnels de l’accompagnement humain, vous savez comme nous l’importance de nous former tout au long de notre vie.
Vous désirez effectuer des démarches de formation focalisées sur des thématiques liées à l’usage de la création dans l’accompagnement humain.

Chaque année nous proposons des ateliers, des séminaires ou des cycles de formation continue brefs ou longs aux professionnels de la santé, de l’art, du champ social ou éducatif ou, bien entendu, de l’art-thérapie.
Vous trouverez dans la démarche de L’ATELIER  le souci d’un cheminement créatif et rigoureux, adapté à différents champs d'intervention: thérapie, santé, lien social, pédagogie, entreprise.

Notre pédagogie est engagée, participante et créative, en cohérence avec le contenu de nos propositions et notre vision de l’art-thérapie.
Comme le thérapeute, le formateur est un passeur, il se garde d’un activisme personnel, de toute intervention interprétative intrusive, des étiquetages ou encore d’une position extérieure voyeuse et distante. Préférablement, il accompagne et soutient les émergences créatrices des étudiants tout en respectant les mystères nécessaires à l'imagination, au désir et à l'unicité de chaque personne ainsi que de chaque transformation existentielle.

Source et fruit de l’expression créatrice il y a un être humain que nous nommons le créant, lancé dans une vie créatrice au-delà des souffrances ou des événements de sa vie.


Programme de l’année


Thématique de l’année 2021 : Cabanes


Construite de manière sommaire et rudimentaire à partir de matériaux banals trouvés sur place ou de matériaux de récupération détournés et ingénieusement assemblés, la cabane invite à prendre distance avec les activités humaines courantes. Avec ses ouvertures sur le ciel et la nature, elle invite à ouvrir en soi des espaces de rêverie. Elle protège pour un temps des intempéries. Elle nous laisse sentir le monde et le temps qu’il fait : le vent la traverse un peu, la lune et les étoiles en éclairent l’intérieur.

La cabane est une maison de passage, de voyage, un espace-temps de retrait.
Presque tous les enfants du monde et bien des adultes ont bâti des cabanes et joué dedans et alentour, durant des heures, des jours. Les peuples nomades en construisent régulièrement, de même que les éleveurs en transhumance. De nombreux penseurs, artistes ou scientifiques ont bâti ou fréquenté des cabanes. Les philosophes Thoreau et Wittgenstein par exemple, ont vécu de longues périodes dans des cabanes, pour s’y accorder au monde et s’y relier à eux-mêmes. Des auteurs de l’art brut et singulier ont construit des cabanes comme des œuvres à habiter, à la fois objet, lieu de création et lieu de vie.

De la même manière que l’on construit et habite la cabane différemment d’une maison, on construit et habite le cadre d’un atelier d’art-thérapie différemment du cadre de la vie quotidienne.

La cabane est un lieu du sentir ; du sentir le monde et du sentir en soi ; un lieu du re-sentir, lorsqu’on a oublié de sentir trop longtemps ou lorsqu’on n’a plus su ou plus pu sentir. Elle est un lieu où le corps y est mobilisé différemment de ce dont on a l’habitude.

Elle est aussi un lieu du retrait, de la marge. On s’y retire et on y trouve un nouvel élan. On s’y isole et on se surprend à s’ouvrir. Elle permet de s’offrir à soi et aux autres avec ses fragilités, ses failles, ses brisures et surtout dans l’ouverture à la vie et à la découverte du nouveau.

Elle est un lieu du jeu dans lequel on s’engage d’autant plus pleinement et authentiquement que l’on sait que ce n’est pas la vraie vie, celle avec laquelle on doit s’accommoder au quotidien. L’imaginaire s’y développe. On s’y raconte des légendes et des contes, des personnages y prennent corps, des histoires se trament, s’inventent.

Elle est le lieu de la rêverie. On y reprend contact avec les essentiels de l’existence. On y médite des idées nouvelles, on y met en mouvement les questions ouvertes, les problèmes de la vie au travers du travail des matériaux. On y pense avec les mains.

Une cabane n’est jamais finie. Elle est en transformation permanente tout comme l’être humain, comme la vie. On y rejoue l’ajustement au monde. L’outil et l’objet créé se confondent. Elle est lieu de liminalité, zone de passages de la vie des humains qui s’en occupent… elle est transitionnelle.

Ainsi, toutes les qualités spécifiques de la cabane rejoignent celles d’un atelier poïétique. La cabane est le lieu de l’œuvre ouvrante.
           
Jacques Stitelmann

"Quoi que je dise, 
cela ne veut rien dire 
si ça ne vous incite pas 
à compléter mes idées par les vôtres". 
Robert Filliou